Festival international de l’humour
Accueil > Français > THÉÂTRE > La résistible ascension de la xénophobie…

La résistible ascension de la xénophobie…

mercredi 28 novembre 2012, par Sonya Mermoud

La résistible ascension de la xénophobie…

Mise en scène par Gianni Schneider, « La résistible ascension d’Arturo Ui » est une métaphore sur la prise du pouvoir
d’Hitler.

Originale démarche à Monthey : le syndicat Unia et le Théâtre du Crochetan initient une collaboration donnant un signal fort d’ouverture et d’engagement de part et d’autre

D’un côté, un théâtrequi se veut engagé, proche de la réalité et bien décidé à sortir de ses murs. De l’autre, un syndicat soucieux d’échanges, de rapprochement avec différents publics, d’amélioration
de ses pratiques. Deux entités qui ont décidé d’initier une collaboration via la création d’un café « BavArt », en d’autres termes via la mise sur pied d’ateliers où seront menées, en présence d’invités et avec les spectateurs intéressés, des réflexions sur des pièces présentées au Crochetan.

Spectacles triés sur le volet, en fonction des thématiques mises en scène, que les membres d’Unia pourront voir à des tarifs préférentiels. Avant d’être conviés à participer aux discussions qui leur succéderont. « Nous voulons réunir différentes populations, inciter des personnes qui ne fréquentent pas nécessairement le théâtre à s’y rendre et poursuivre les réflexions », explique Blaise Carron, secrétaire d’Unia Bas- Valais. « C’est aussi un moyen de prendre du recul sur notre quotidien syndical et d’explorer de nouvelles pistes pour la défense de nos causes », poursuit-il. Pilote du projet, le Crochetan précise que la démarche n’est pas nouvelle. « Dans les années soixante septante, le théâtre était investi par les étudiants, les syndicats… Avec les textes qui le permettent, nous voulons lui redonner cette dimension sociale. Le théâtre doit être au service de la vie », explique Mélisende Navarre, médiatrice culturelle du Crochetan.

Une métaphore de la montée du
nazisme

Pour débuter cette collaboration, une pièce forte* : « La résistible ascension d’Arturo Ui », de Bertolt Brecht. Recourant à la métaphore, ce texte décortique les rouages ayant permis à Adolf Hitler de se hisser au pouvoir. Pas de Führer clairement nommé dans ce récit mais un Arturo Ui qui l’évoque symboliquement tout en incarnant aussi un certain… Al Capone. Et nombre de personnages et d’équivalences historiques illustrant de manière transposée la montée du nazisme. L’histoire se déroule à Chicago, dans le milieu de la pègre. La crise économique et la misère qui sévissent alors poussent des barons du trust du chou-fleur à chercher des solutions pour échapper à la banqueroute. Les solutions mafieuses du gangster Arturo Ui sont écartées avant que ce dernier ne parvienne, par moult crimes, manipulations et stratégies, à exercer un contrôle total sur ce marché… Une œuvre qui sera, dans le cadre du café « BavArt »**, déclinée sur la question de la xénophobie.

Contrer la xénophobie

« Ce premier Café s’articulera autour de cette pièce et de deux autres, sur la même problématique, programmées cet automne. Il aura pour thème “la montée de l’intolérance en Valais aujourd’hui : une résistible ascension”.
Nous exploiterons aussi le parallèle de la crise, d’où peut surgir le meilleur comme le pire », précise Mélisende Navarre. « Nous voulons profiter de ce spectacle pour ouvrir le débat sur les sentiments antiétrangers et voir comment nous pouvons lutter ensemble contre ce phénomène », complète Blaise Carron, relevant que malgré les campagnes menées par Unia en la matière, la xénophobie continue à gagner du terrain, les critères de nationalité à être exacerbés. « L’idée n’est pas seulement d’explorer des pistes intellectuelles mais aussi de favoriser la rencontre entre différentes communautés », relève encore le duo. Participeront à ce premier « BavArt » Blaise Carron, Françoise Jacquemettaz, présidente du Centre Suisses-Immigrés et Gabriel Bender, responsable du service socioculturel de l’Hôpital de Malévoz.
Pour faciliter la présence des familles à ce Café, le Crochetan mettra en place, dans le foyer du théâtre, un atelier pour les enfants de 5 à 11 ans.
Un concours sera aussi organisé à son issue où le meilleur slogan ou dessin sera gratifié d’un prix : un repas gastronomique au Café du théâtre pour deux personnes. Un menu aussi en lien avec les pièces puisqu’il sera concocté sur le thème… du pouvoir. De quoi nourrir encore la réflexion.

Sonya Mermoud

* « La résistible ascension d’Arturo Ui », vendredi 2 novembre à 20h30.
Prix spécial pour les membres Unia 20 francs.

** Café « BavArt », samedi 10 novembre de 18h30 à 20h, au Théâtre du
Crochetan. Entrée libre.

Source : l’Evénement syndical

Ci-joint texte en PDF

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0