Festival international de l’humour
Accueil > Français > Musique, danse, couple... > ROCK OZ’ARÈNES « AVEC MON ACCORDÉON JE PASSAIS POUR UN CON »

ROCK OZ’ARÈNES « AVEC MON ACCORDÉON JE PASSAIS POUR UN CON »

jeudi 17 août 2017, par Par Laurent Flückiger (lematin.ch)

ECHOS DU …FESTIVALSMONTREUX JAZZ FESTIVALPALÉO FESTIVALROCK OZ’ARÈNES

•ROCK OZ’ARÈNES « AVEC MON ACCORDÉON JE PASSAIS POUR UN CON »

Claudio Capéo fait un carton avec son instrument depuis son passage à « The Voice ». À voir ce soir.

Image : Yann Orhan

Par Laurent Flückiger

LE MATIN. CH / 12.08.2017

Avant, les stars de l’accordéon, c’était Yvette Horner et sa chevelure rousse. Ou même Gillou, et les bouteilles et les copains et les chansons. Désormais, il y a Claudio Capéo : une participation à « The Voice » en 2016 et plus de 400 000 albums vendus depuis. Ce soir, à Avenches, l’Alsacien est programmé avec son groupe sur la grande scène aux côtés de Jain, de Ben Harper et de Franz Ferdinand, après avoir été longtemps habitué aux concerts de rue. Interview.

CLAUDIO, VOUS RÉALISEZ ENFIN CE QUI VOUS ARRIVE ?

Non ! Oui ! Franchement, c’est difficile de retracer tout le parcours qu’on a fait jusqu’à aujourd’hui. C’est dingue ! On se laisse porter, on a envie de vivre cette aventure sans prise de tête. C’est vrai que ça va tellement loin, tellement haut, tellement vite, mais on s’est battu pour. Des gens me disent que je suis une star. Ça, je ne comprends pas : on joue la même musique et on est toujours les mêmes couillons à s’éclater sur scène (rire.) À la place de faire des salles vides, on fait des salles pleines.

GRÂCE À « THE VOICE » ?

Ah oui ! Au départ, ce n’était pas mon truc, puis on a décidé de forcer le destin. Après, on a rencontré celui qui est devenu notre producteur et ça a pris. C’est assez merveilleux ! Ce que j’ai fait, je le conseille à plein de personnes.

POURTANT VOTRE PARCOURS S’EST ARRÊTÉ TRÈS TÔT, AU STADE DES BATTLES. QU’EST-CE QUI A MARQUÉ LES TÉLÉSPECTATEURS ?

Je ne sais pas. J’ai signé avec mon producteur la semaine suivant mon élimination, et on a sorti un album très rapidement. Le premier single, « Un homme debout », est tout de suite passé en radio, et c’est devenu du grand n’importe quoi, dans le bon sens du terme. La chance y est pour beaucoup. Pourtant, il y a plein de gens qui viennent à mes concerts et qui ne savent pas que j’ai fait « The Voice ».

LE CLIP D’« UN HOMME DEBOUT » COMPTE PLUS DE 80 MILLIONS DE VUES. PAS BANAL POUR L’HISTOIRE D’UN MUSICIEN QUI FAIT LA MANCHE.

C’est merveilleux de pouvoir faire passer des messages pas très évidents en musique. Il y a des profs qui me disent qu’ils étudient les paroles en classe pour faire comprendre aux 10-15 ?ans qu’il y a des mecs qui galèrent et qu’on peut leur donner un coup de main. Et c’est ce qui se passe : des gens m’écrivent pour me dire qu’ils ont, par exemple, acheté un petit pain pour l’offrir. Ce sont des choses qui peuvent aider à relever la tête.

C’EST UNE HISTOIRE QUE VOUS-MÊME VOUS AVEZ VÉCUE ?

On n’a jamais dormi dans la rue. Par contre, on a tout plaqué pour monter sur Paris dans notre vieux camion et y faire de la musique. On jouait dans le métro. C’est là qu’on a rencontré tous ces laissés-pour-compte. Ce sont eux qui ont vidé leurs poches pour nous, qui ont pris du temps pour discuter avec nous. Il fallait qu’on le dise.

C’EST VOUS QUI AVEZ EU ENVIE DE COMMENCER L’ACCORDÉON À L’ÂGE DE 6 ?ANS ?

Je traînais beaucoup dehors, je faisais les 400 coups, et c’était un peu la guerre avec ma sœur. Alors, maman a décidé de nous mettre à la musique pour nous calmer. Il faut ajouter qu’elle m’a appelé Claudio parce qu’elle était fan du chanteur italien Claudio Villa et qu’elle espérait que je suivrais ses traces. (Il éclate de rire.) À la base, j’avais envie de faire de la batterie. À l’école de musique, j’ai vu un petit garçon avec un accordéon. Je ne savais pas ce que c’était, mais j’ai dit que c’était ça que je voulais. Ma mère était superheureuse. Je n’ai plus arrêté, j’ai fait des concours. À 14 ?ans, ça a bloqué, je passais pour un con avec mon accordéon complètement ringard. J’ai laissé tomber pour jouer du metal. Deux ans après, j’ai repris mon instrument, j’ai commencé à faire des duos, les copains chantaient, et je me suis mis à écrire vers 18 ?ans. Et puis ça a pris. En 2008, on a créé notre groupe, et l’accordéon ne m’a jamais quitté depuis.

IL PARAÎT QUE BEAUCOUP DE GENS SE METTENT À EN JOUER GRÂCE À VOUS…
Oui, c’est dingue ! Alors que je ne suis pas un virtuose. Ça fait plaisir, on ne l’oublie pas, l’accordéon !

https://www.lematin.ch/festivals/rock-oz-arenes/accordeon-passais-con/story/24405592

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0